Christine Servais

Professeur
Médiation esthétique
Théories de la réception

+32 4 366 5495
Christine.Servais@ulg.ac.be

Biographie

Diplômée en Philologie romane (Ulg) et en Information et Communication (Université Lyon 2), Christine Servais est titulaire d’une thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la communication, défendue en 2000 à Lyon 2.
Elle est actuellement chargée de cours au Département des Arts et Sciences de la Communication à l’Ulg, où elle assure un enseignement sur l’analyse du discours des médias, ainsi que sur la médiation (Médiation esthétique et communication) et la réception (Théories de la réception et Processus de médiation et analyse des publics).  Durant l’année académique 2010-2011, elle propose par ailleurs un séminaire doctoral portant sur Médiation esthétique et réception médiatique.

Enseignements et domaines de recherche

Ses recherches s’inscrivent dans le cadre des travaux menés sur le rapport entre esthétique et politique. Se fondant sur un ensemble de réflexions ayant pour objet la relation entre réception singulière (expérience esthétique) et inscription dans une communauté (Kant, Habermas, Arendt, Lyotard, Jauss, Rancière, Derrida, Vattimo, Stiegler), son travail a pour objet la relation que le sujet peut établir avec un « produit médiatique » donné (œuvre, texte, émission télévisée, site internet, etc.), et la manière dont cette production va l’inscrire dans un espace public. A la différence de la médiation culturelle, la médiation esthétique se donne pour objet la manière dont tout « texte », qu’il relève ou non de la sphère artistique, « fait » médiation. Ses recherches apportent aux traditions sociologique et herméneutique de la réception la réflexion de la philosophie contemporaine sur le rapport à l’autre et la communauté.

Lire la suite

 

Les publications et présentations dans des colloques internationaux de Christine Servais portent soit sur la question de la médiation elle-même en tant qu’elle formalise un rapport à l’autre (“Qui dispose des dispositifs de médiation ?” (2010) ; “Le malentendu comme structure de la communication”, en coll. avec Véronique Servais (2009) ; “Entre appartenance politique et appropriation identitaire : la question de l’esthétique” (2006)), soit constituent une tentative de description des processus de médiation à l’œuvre dans le média de masse (“Médiation esthétique, médiatisation, destination” (2004)). Une troicième partie de ses travaux est consacrée plus spécifiquement à la question de la réception, qu’elle soit médiatique (“La soumission aux médias comme épreuve du déplacement” (2008), “La violence d’un choc sans destinataire” (2003)), ou littéraire (“La  lecture littéraire et l’utopie d’une vie commune”, en coll. avec Frédérik Detue, direction et présentation du dossier, 2010)

Christine Servais dirige également deux doctorats dans le domaine de la réception médiatique (Jenifer Devresse, « La médiadémocratie ou ce que les médias font à l’espace public. Confrontation critique des discours médiatiques de part et d’autre de la frontière linguistique belge » et Louis Marie Ndzengue, «  La réception de la presse écrite au Cameroun. De 1982 à 2009 »), ainsi que deux doctorats portant sur des questions relatives à la médiation (Elise Vandeninden : « art, psychiatrie et médiation : entre pratiques et représentations » et Céline Lambeau : « Comusication ? Une approche de la pratique musicale collective à partir de la notion de médiation artistique »)

Le travail actuel de l’ensemble du service tend, à travers l’encadrement collectif de mémoires et un projet de recherche pour 2011 (Propositions méthodologiques pour une esthétique de la réception), à fournir à cette esthétique de la réception les méthodes d’enquête pertinentes

En 2009-2010, puis en 2010 2011, une série de mémoires portant sur un certain nombre de réalisations du projet culturel Passages initié par la Province de Liège ont donné lieu à un séminaire mémoires ainsi qu’à un séminaire de recherche, dont un premier résultat a fait l’objet d’une publication en 2010 (“Qui dispose des dispositifs de médiation ?”). Les mémoires portent sur les publics et analysent le rapport entre les réalisations artistiques et l’identité sociale et culturelle des destinataires (domaines artistiques : théâtre, musique, installation, arts plastiques). Ils ont pour objectif de mettre au point une méthode susceptible d’évaluer la manière dont la relation à l’œuvre inscrit les récepteurs dans un espace public.

Cette méthode pourra ensuite être exportée vers d’autres types d’institutions où la relation au public peut être décrite en termes de médiation esthétique, par exemple les zoos, lieux d’exposition, d’expériences émotives – parfois de nature esthétique, et de transmission d’un savoir. La recherche se poursuivrait donc idéalement vers la question de la relation entre émotion ou expérience esthétique et vulgarisation, autre domaine de spécialisation de l’enseignement dans le département.

 

Cours associés

  • Analyse de textes médiatiques
  • Médiation esthétique et communication
  • Processus de médiation et analyse des publics
  • Analyse du discours médiatique
  • Analyse du discours radiophonique et télévisuel
  • Théories de la réception (y compris radio et télévision)

Publications

Voir

 

Mise à jour : septembre 2010