La culture comme communication

La culture est inséparable des institutions et des pratiques qui la fondent, qu’elle relève du patrimoine ou de la production contemporaine, qu’elle soit définie au sens humaniste ou anthropologique, qu’elle soit pensée comme ensemble d’œuvres individuelles ou de démarches collectives conférant sens et portée symbolique au rapport que l’individu entretient avec le monde et les autres.

Elle est à la fois tournée vers l’avenir, comme création, et reliée au passé, comme patrimoine.
Elle est tantôt matérielle, avec ses œuvres sur différents supports, et tantôt immatérielle, avec ses pratiques sociales, ses expressions folkloriques, ses traditions orales.

La médiation culturelle et les métiers du livre à l'ULg

Elle prend la forme d’œuvres, de mouvements, de courants, mais aussi de petits ateliers de production, de festivals saisonniers, de performances ponctuelles et d’institutions publiques ou privées de toutes tailles telles que maisons de la culture, cinémas d’art et essai, galeries d’art, musées, expositions, fondations, salles de concert ou d’opéra.

Elle est production autant qu’organisation, création autant que communication, expression autant que gestion, manifestation autant que médiation.

Elle demande des auteurs et des structures de production et de diffusion, mais aussi des intermédiaires professionnels entre les différents mondes qu’elle met en relation : monde de l’art et des artistes, monde des institutions et des politiques culturelles, monde des médias, monde des publics.

Presque tout ce qui caractérise l’humanité se résume par le mot culture
François Jacob

Une approche multidisciplinaire

L’ambition du Master en Médiation culturelle et métiers du livre est de former ces intermédiaires culturels appelés par la complexification des rapports entre culture et société. Elle se distingue des Masters en gestion culturelle ou en muséologie, organisés en Belgique dans les filières d’Histoire de l’art, en ce qu’elle a pour objet la médiation des savoirs et de la culture.

Ses enseignements, nourris par la sociologie et l’économie autant que par la philosophie et l’histoire, orchestrent une approche multidisciplinaire de la production, de la circulation et de la réception d’objets culturels — ou de « biens symboliques » — relevant de domaines tels que ceux de l’édition, des beaux-arts, des patrimoines matériels et immatériels, du spectacle vivant ou de la musique.

Les sciences et métiers du livre prennent une part importante à ce programme, avec un alliage de cours d’histoire de l’édition, de socioéconomie des circuits du livre et d’analyse des formes et des techniques engagées dans le « tournant numérique » que connaît le monde de l’édition.

La communication peut être définie comme la culture en action
Ray Birdwhistell

Une formation polyvalente

Afin de préparer les étudiants à l’élaboration de projets tout autant qu’à un rapport de réflexivité critique à leur démarche et à leur contexte social d’intervention, ce Master combine des cours d’analyse et de méthode à des cours de techniques de gestion et de stratégies de communication.

La formation pratique, dispensée en ateliers par des professionnels aguerris, est centrée sur la vulgarisation, la critique culturelle, les pratiques d’édition et de diffusion, les techniques de production, l’éducation permanente et la communication des institutions.

L’enjeu de ce Master étant de répondre aux besoins des petites structures autant que des grandes institutions culturelles, un système de cours au choix permet à l’étudiant de se spécialiser dans un domaine particulier ou de se donner plutôt un profil polyvalent.

Le Master en Médiation culturelle et métiers du livre repose sur quatre piliers qui sont autant de domaines, mais aussi de foyers d’interrogation : Politiques et institutions de la culture, Médiation esthétique et réception, Médiations interculturelles, Sciences et métiers du livre.