L'enseignement

Le mémoire constitue la clé de voute des études universitaires. Comparable, à certains égards, au « chef d’œuvre » que devaient réaliser, au Moyen Age,  les apprentis qui voulaient devenir maîtres, il témoigne avant tout que l’étudiant a acquis des aptitudes intellectuelles suffisantes pour pouvoir mener à bien l’étude approfondie et rigoureuse d’une question. S’il est déclaré satisfaisant par le jury, le mémoire prouve que l’étudiant est capable d’entreprendre seul une recherche approfondie, de s’informer adéquatement sur son objet, d’en faire une observation attentive et détaillée, de l’analyser, de le rapporter aux discours théoriques qui permettent de mieux le comprendre et surtout d’élaborer à son endroit une pensée originale et personnelle. Le mémoire est un travail scientifique soutenu, rigoureux et original, il n’est pas une compilation d’informations éparses ou un dossier vaguement construit.

Choisir son sujet

Le mémoire porte impérativement sur un objet relevant d’au moins un des domaines d’enseignement et de recherche couverts par les cours obligatoires, d’orientation ou de spécialisation du programme des études en Information et Communication de l’Université de Liège.

Le mémoire peut prendre plusieurs formes (il existe des particularités au sein de chaque orientation) :

  • L’analyse approfondie d’un objet ou d’un corpus à partir d’une hypothèse originale.
  • Un « état de la question », consistant à dresser le tableau construit et critique d’un territoire de recherche.
  • Une « création », qu’il s’agisse, parmi d’autres cas de figure possibles, d’un scénario, d’un film vidéo, d’un numéro zéro de magazine, d’une maquette d’émission ou encore d’un dossier d’articles composés par l’étudiant dans le cadre d’une investigation originale et approfondie, à la condition que le produit créé soit accompagné d’un commentaire réflexif soutenu, portant sur les conditions matérielles et intellectuelles ainsi que sur les enjeux théoriques de sa réalisation (ce type de mémoires, très exigeant, ne peut en aucun cas prendre la forme d’un rapport de stage amélioré).

L’ étudiant est tenu, en première année de Master,  de déposer avant fin avril au secrétariat une fiche descriptive, précisant le sujet du travail (avec un titre significatif, même provisoire), son hypothèse de travail, sa méthodologie, une bibliographie  et, s’il en a fait le choix, l’accord signé d’un directeur de mémoire.

Le choix d’un sujet de mémoire ne doit pas se faire à la légère. Il est important que l’étudiant y consacre un temps de réflexion, qu’il en discute avec différents membres du Département avant de se décider.

Promoteurs, lecteurs et défense publique

L’étudiant est libre de choisir son promoteur parmi les professeurs et le personnel scientifique du Département, de la Faculté ou d’une autre Faculté de l’Université (en lien avec son orientation). Les professeurs invités (par exemple, pour les cours de pratique professionnelle) peuvent également devenir promoteur d’un mémoire, mais l’étudiant devra lui associer un co-promoteur, membre académique ou scientifique du Département.

Le promoteur aiguille, conseille et prépare l’étudiant dans l’élaboration de son mémoire. Il n’est pas co-rédacteur ou correcteur, il guide l’auteur à travers les différentes étapes mais ne prend pas part de manière directe à la réalisation du travail.

Une fois le sujet défini, le Jury des mémoires constitue un comité de lecture composé du promoteur et de deux lecteurs (qui peuvent être extérieurs au Département) qui seront chargés d’apprécier le travail final. Celui-ci, d’une longueur maximale de 100 pages, est déposé par l’étudiant au cours de la deuxième année du Masters, soit en mai (première session), soit en août (seconde session). Il fait l’objet d’une défense publique dans les derniers jours de la session d’examen correspondante.
L’évaluation du mémoire s’effectue ensuite en deux temps. Chaque membre du comité de lecture décerne une note de lecture dont il informe le Président de soutenance avant la séance. À l’issue de la soutenance orale, cette note est soit confirmée, soit modifiée à la lumière de la prestation de l’étudiant.

Modalités pratiques

Règlement et vademecum
Consignes pour la rédaction de la fiche-mémoire (composition des comités)
Règles typographiques de base
Bien rédiger une référence bibliographique (lien vers le site du Département des Sciences historiques)
Couverture type